Notifications
Clear all

Retours in-ears  

Page 2 / 2

guitsou
Messages: 35
(@guitsou)
Membre Éminent
Inscription: Il y a 7 mois

@Stéphane : enfin on n'est pas d'accord sur un truc ! @davidR : je sais que ce n'était pas du sarcasme, juste une auto-critique de ma part 😆 

Mais je vais du coup un peu élargir pour répondre à Stéphane. In Ear : pros / cons

Pros :

  • S'entendre ! En tant que pianiste, j'étais vraiment frustré, pas très précis ni nuancé. Du coup d'une certaine manière il y a des points que je n'améliorais pas dans mon jeu en direct : je ne l'entendais pas.
  • Tous les musiciens au métronome ! Du clic partout ! Le batteur dit : merci ! Ben oui car ce n'est plus juste lui qui est responsable du tempo notamment. Dans le cas d'un départ sans batterie, pas besoin de faire de la hi-hat ou ride sur tous les temps pour les chanteurs... Idem pour les séquences : j'ai une sortie à part avec le métronome pour les retours. Ça évite de décaler !
  • DM : la fameuse direction musicale. Un musicien est tiré au sort, on lui met un micro et il a la charge de diriger les autres musiciens. Une sorte de relais du chantre qui, du coup, ne s'adresse qu'à une personne. Il annonce les structures au fur et à mesure, en cas de dérapage il redonne les accords. Idem sur un chant non prévu. Là aussi, à Voisins (mon église) depuis qu'on a ça tous les musiciens sont ravis. Le vidéo-projectionniste aussi car il profite de l'annonce du chant suivant quand on s'écarte de la playlist. On rate aussi moins les intros et les conclusions des morcceaux.
  • Larsens : fini. Ou alors faut vraiment être un très bon sonorisateur pour arriver à faire un larsen sans wedges 🤣 

Cons :

  • Pour que ça marche il faut du bon matos. Au moins des bons écouteurs. Ça fait un investissement pour chaque musicien. Mais il y a maintenant des premiers prix pas pourris.
  • Dans le temps il faut peut-être changé de table pour en avoir une avec plus de sorties pour que chaque musicien ait son retour. En wedge on se satisfait d'un son qu'on n’apprécie pas dans des ears.
  • Mes oreilles sont à la merci de la sono. Au début il peut y avoir des loupés. Nous avons pour notre part la gestion de nos retours sur iPad, donc ça permet de faire notre son propre.
  • Pour certains on peut se sentir isolé de la salle. Notamment les chanteurs. Y'a alors la technique de n'avoir qu'une oreille, ou demander à la sono de l'ambiance salle. J'ai vu des grosses scènes où les musiciens mettaient, enlevaient, remettaient...

Mon expérience : J'ai commencé à jouer au casque tout seul dans mon église, en récupérant le son du wedge sur un Behringer MA-400, avec en plus le piano en insert. Mais beaucoup de souffle, un comportement bizarre... Quelques mois plus tard, quand on a poussé à l'église, nous avons pris des mixettes type Behringer Xenyx 502/802. Moins de souffle, souvent des pannes avec les transfo, prix attractif... Maintenant nous avons un Allen ME-1 pour la batterie, et pour les choristes des Behringer powerplay p2. Bof ! Nous allons multiplier les ME-1 pour la section rythmique, pour le reste on tâtonne. Quand je suis en vadrouille je passe par ma carte son.

Les musiciens : les batteurs jouent parfois avec des casques fermés, parfois avec des in-ears. Bassiste : idem. Au piano, mon SE-215 fait le job, notre autre pianiste a un ears pas cher en attendant de pouvoir acheter un truc bien. Je trouve aussi que le SE-215 n'est pas suffisant pour un bassiste. S'orienter plutôt vers de l'AKG, ou du Beyer (le DT770 par exemple en fermé). Nous avons deux musiciens qui ont des EarSonics : très bon rapport qualité-prix, et SAV top. Mais 600€ mini. https://www.earsonics.com/

Voilà, voilà ! Je ne vous serre pas la main, coronavirus oblige ! Zoubi ! 🤗 

Répondre
Page 2 / 2
Partager :